Facebook Twitter Youtube Instagram
Daniel MacDonald

1918-1980

Daniel MacDonald

Daniel J. MacDonald naît le 23 juillet 1918 à Bothwell, à l’Île-du-Prince-Édouard. Fils de fermier, il montre un vif intérêt pour l’agriculture et, de fait, achète sa propre ferme en 1938 qu’il exploite, ainsi que celle de son père.

En 1943 devenu sergent, il est déployé outre-mer et débarque en Italie avec les Cape Breton Highlanders. À la rivière Senio, il est gravement blessé par un tir d’obus de canon 88 mm qui explose près de lui. Il perd sa jambe et son bras gauches. Il est ensuite libéré de l’armée, en juillet 1945, et rentre au Canada où il reprend son métier d’agriculteur. Ses blessures ne l’empêchent pas de gérer sa ferme ni d’utiliser de lourds équipements; il construit même sa grange sans l’aide de personne.

M. MacDonald devient membre de la succursale de l’Île-du-Prince-Édouard de l’Association des Amputés de guerre. En 1962, il se lance en politique et est élu à l’Assemblée législative de l’Île-du-Prince-Édouard. Il devient par la suite ministre de l’Agriculture et des Forêts. En 1972, il se présente aux élections fédérales et devient ministre des Anciens Combattants.

À ce titre, il voyage aux quatre coins du pays et échange avec des associations d’anciens combattants pour bien comprendre les besoins et les préoccupations de ces derniers. Il travaille en étroite collaboration avec l’Association des Amputés de guerre pour améliorer la qualité de vie des vétérans. Grâce à ses fonctions, M. MacDonald est en mesure d’apporter des modifications aux pensions, aux allocations, aux règlements et aux indemnités de prisonniers de guerre. Il milite aussi en faveur d’une hausse des pensions d’invalidité et des allocations de guerre pour les civils. Il est aussi responsable du programme permettant aux personnes amputées de choisir leur prothésiste.

Il occupe le poste de ministre des Anciens Combattants jusqu’à son décès, le 30 septembre 1980. Il a droit à des funérailles nationales. C’est l'ancien premier ministre Pierre Elliott Trudeau qui prononce son éloge funèbre.

Cliquez ici pour lire d’autres biographies